dimanche 4 décembre 2016

Saint Colomban



Vie de notre père parmi les saints
Colomban
Higoumène de Luxeuil et de Bobbio
( 615 A.D.)
Fête le 21 novembre/ 4 décembre
Né en 543 en Irlande, dans le Leinster, il entra vers 20 ans au fameux monastère de Bangor, sous la conduite de l’higoumène saint Comgall. Il partit de la verte Irlande vers 580, en compagnie de saint Gall et, entre Meuse et Rhin et jusques en Germanie, il sema les abbayes et les communautés, et laissa des disciples en divers lieux pour évangéliser les régions qui étaient encore dans les ténèbres du paganisme. 
Il dota ses communautés d’une règle très austère (la Regula Monachorum, la seule des anciennes règles irlandaises que nous possédions encore), qui mena beaucoup d’hommes qui la suivirent aux lisières du Paradis et à la sainteté.
 Parmi ses disciples on compte saint Faron de Meaux, saint Babolin de Saint Maur des Fossés, saint Donat de Besançon, saint Omer de Thérouanne, saint Romaric, saint Wandrille, saint Achaire, saint Amand, saint Philibert, saint Valéry, et bien d’autres ascètes et évangélisateurs qui ornent les pages de nos synaxaires orthodoxes. 
Son monastère le plus connu est sans conteste celui de Luxeuil en Franche-Comté où vinrent en quête de salut, les moines des nations franques, gauloises et burgondes ; là,  pendant plus de deux siècles, s’épanouit le plus grand centre monastique d’Occident. 
Homme de caractère, juste mais très intransigeant avec lui-même comme avec les autres, quel que soit leur rang dans la société, en 610, il dut quitter Luxeuil et la Gaule. La reine Brunehaut, à qui il reprochait sa conduite personnelle faite de vices et de crimes le chassa. 
Il pensa retourner en Irlande et, ainsi, il remonta, se rapprocha de son point de départ sur le continent, mais forcé de revenir sur ses pas, il alla d'abord à Tuggen, sur le lac de Zurich, puis près de Bregenz, sur le lac de Constance, en vue d'évangéliser les Alamans. Il traversa ensuite les Alpes et s’établit à Bobbio (Emilie-Romagne) où il érigea son dernier monastère. En l’an de Grâce 615, il y naquit paisiblement au Ciel.
Saint Colomban mérite de faire partie de la grande milice des saints de la terre d’Helvétie, d’abord par son passage béni et fructueux pour l’Eglise sur cette terre, par son évangélisation d’une partie de son territoire, et surtout par le fait que lorsqu’il partit pour l’Italie, il laissa derrière lui son disciple Gall (voir sa vie), qui fut à l’origine de la fondation de la plus grand abbaye de Suisse.

Saint Colomban, prie Dieu pour nous !
*

Ton 8

Tropaire à saint Colomban de Luxeuil, higoumène,
(Natalice en 615 A.D.)

Tu vins depuis l'Irlande jusques dans les Gaules,*
Et tu évangélisas les peuples païens.*
Tu as fondé le monastère sacré de Luxeuil,*
Et celui de Bobbio d'où tu allas vers Dieu.*
Père saint Colomban, perle du monachisme.*
Prie le Seigneur d'avoir grande mercy de nous!

Claude Lopez-Ginisty


mardi 29 novembre 2016

Saint Othmar


Vie de notre père parmi les saints
Othmar,
Higoumène de Saint Gall 
( 759 A.D.)
Fête le 16/29 novembre

La vie d’Othmar écrite par Walafrid Strabon, abbé de Reichenau ( 849) fut d’abord en appendice à celle de saint Gall, puis il y eut une biographie spéciale avec des éléments de celle qu’avait composée le diacre Gozbert vers 830. Lorsque saint Gall, renonça à suivre son higoumène saint Colomban, il désirait vivre la vie érémitique dans un cadre stable. Quand il mourut après 627, il fut enterré sur place. Sur sa tombe aussitôt vénérée comme celle d’un saint, on construisit une église autour de laquelle il y eut toujours des ermites qui suivirent alors la règle de saint Colomban.

Vers 720 Othmar, alors higoumène, imposa la Règle de saint Benoît, transformant la colonie d’ermites en un monastère qui devait au siècle suivant prendre une importance insigne. 

Othmar naquit en Thurgovie, fut élevé à la cour de Victor, comte de Coire, et après son ordination à la prêtrise, fut en charge d’une église dédiée à saint Florin. Le noble Waltram, qui revendiquait par droit héréditaire la propriété du domaine de Saint-Gall, pria le comte Victor d’autoriser Othmar à venir à la tête des ermites. Au temps d’Othmar, les bâtiments étaient certainement modestes, puisque tous durent être reconstruits au début du siècle suivant, et les chartes conservées nous montrent que l’extension du domaine monastique est bien postérieure à Othmar. La pauvreté des débuts eut l’heureux résultat de donner aux moines une ardeur qui fit trop souvent défaut à leurs successeurs. Le moine Vinithar raconte qu’alors ses confrères n’hésitaient pas à mendier des feuilles de parchemin, pour constituer leur bibliothèque; quant à lui, il se contentait seulement de copier tout ce que l’on voulait en échange de quelques-unes de ces précieuses feuilles.

Walafrid Strabon vante ensuite la charité et l’humilité d’Othmar en rapportant quelques anecdotes significatives. Souvent Othmar rentrait nu au monastère, parce qu’il avait abandonné tous ses vêtements aux pauvres.

Un jour Pépin lui avait donné 70 marcs d’argent; il les distribua si largement aux pauvres sur son chemin qu’il serait arrivé les mains vides si ses compagnons n’avaient modéré sa générosité. Il avait aménagé pour les lépreux un abri où il se rendait la nuit pour laver et panser leurs plaies.

Si Othmar méprisait grandement les richesses de ce monde, mais il n’en était pas de même de ses voisins, les comtes Warin et Ruadhart, dont l’administration se transformait souvent en vols éhontés. 

Othmar alla porter plainte auprès de Pépin qui ordonna aux comtes de restituer ce qu’ils avaient pris. Ils n’en firent rien et, quand Othmar voulut aller rapporter de leur conduite, ils se saisirent de lui et subornèrent de mauvais moines qui l’accusèrent de crimes graves. Il fut d’abord emprisonné au palais, puis relégué dans une île du Rhin en face de Stein (Argovie). Soumis à un régime très dur et en proie aux vexations de gardiens indiscrets et malveillants, il y mourut le 16 novembre 759.

Dès l’année 768 ou 769 le corps d’Othmar fut ramené à Saint-Gall et déposé dans l’église. La reconstruction de celle-ci ayant été entreprise en 830, le corps fut emmené dans l’église Saint-Pierre située dans le cimetière près du monastère. Le 25 octobre 864, on le ramena dans la nouvelle église de Saint-Gall. Enfin le 24 septembre 867, il fut transporté en présence des moines de Reichenau et de Kempten dans la nouvelle église Saint-Othmar. A partir de cette époque, le 16 novembre, on célébra à Saint-Gall la fête principale de saint Othmar avec vigiles, et le 24 septembre la translation de ses reliques.



Saint Othmar, prie Dieu pour nous !
*
Ton 4

Tropaire à saint Othmar

(Natalice en 759A.D.)


Tu fus prêtre de l'église de saint Florin*
Avant de devenir higoumène à Saint Gall .*
Méprisant les richesses de ce monde vain,*
En proie aux calomnies,tu finis en exil*
Ta vie qui ne fut tournée que vers le Seigneur.*
Saint Othmar, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes!




Claude Lopez-Ginisty

lundi 28 novembre 2016

Saint Fintan

Reliquaire du saint à Rheinau


Vie de notre père parmi les saints
Fintan (quelquefois appelé Findan)
Moine puis reclus
( 878 A.D.)
Fête le 15/ 28 novembre

Au 9ème siècle en Irlande, Fintan originaire d’une noble famille de Leinster,  perdit tous ses parents et frères et sœurs dans les conflits internes d'Irlande et les rapts des Vikings. 
Il fut asservi par ces derniers et emmené aux îles Orcades, mais il parvint à s’enfuir en Ecosse. Il y demeura pendant deux ans avec un évêque. En 845, il fit un pèlerinage, traversant la France pour aller sur les tombes des saints apôtres à Rome. 
Il fut ensuite moine à Farfa en Italie, puis de là, il partit en Souabe, où il entra comme prêtre au service d’un noble alémanique. Après quelques années, en l'an de grâce 851, il entra au monastère de Rheinau sur le lac de Constance (ou Bodensee) comme  moine. 
A partir de l’an de Grâce 856, il y vécut dans l’ascèse  et la prière, emmuré jusques à sa mort (879)
Ses saintes reliques sont conservées en l'église du monastère de Rheinau.
Saint Fintan, prie Dieu pour nous !
*

Ton 7

Tropaire à saint Fintan

(Natalice en 878 A.D.)


Fils d'une noble famille de l'Hibernie:*
Tu perdis ta famille et tu devins esclave.*
Captif, tu parviens à t'enfuir libre en Ecosse*
Puis tu pérégrinas d'Italie en Soupape,*
Avant de devenir reclus en Helvétie.*
Saint Fintan, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes!



Claude Lopez-Ginisty

samedi 26 novembre 2016

Saint Imier





Saint Imier - Vitrail à Notre-Dame du Vorbourg (Delémont)

Vie de notre père parmi les saints
Imier (ou Hymier)
( circa 620 A.D.)
Fête le 13/ 26 novembre

Saint Imier (Hymier, Himérius) vit le jour vers 570, à Lugnez près de Porrentruy et il naquit au Ciel en 620. Membre d'une famille distinguée, il fut dès l’enfance attiré par la prière et la solitude en Dieu. Il fit un séjour à Lausanne,  un pèlerinage en Terre Sainte (où il fut ordonné prêtre par le Patriarche Isaac de Jérusalem), et revint  faire son salut dans la vallée de la Duze. 
Autour de lui se rassemblèrent bientôt d’autres moines. Il construisit une église dédiée à saint Martin de Tours pour la communauté qui naquit. 
Après avoir guidé ses compagnons sur la voie du salut, il s’endormit en Christ le 13 novembre de l’an de grâce 620. Sur sa tombe et par son intercession des miracles nombreux se produisirent.
Saint Imier, prie Dieu pour nous !

*

Ton 6

Tropaire à saint Imier

(Natalice en 6200 A.D.)


Tu quittas le monde vain pour aller vers Dieu:*
Dès l'enfance, tu n'aspiras qu'aux biens du Ciel.*
Parti en pèlerinage à Jérusalem*
Tu fus ordonné prêtre par le Patriarche,*
Au retour, des moines vinrent sous ta houlette.*
Saint Imier, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes!



Claude Lopez-Ginisty














lundi 21 novembre 2016

Saint Grégoire d'Einsiedeln

Einsiedeln au XVIIIe siècle


Vie de notre père parmi les saints
Grégoire higoumène d'Einsiedeln
( 996 A.D.)
Fête le 8/21 novembre

Issu d’une famille royale d'Angleterre, il quitta son épouse consentante pour entrer au monastère du Mont-Coelius à Rome, puis dans la célèbre abbaye bénédictine d'Einsiedeln, encore nommée Notre-Dame des Ermites, dont il devint l’higoumène. La tradition rapporte que c’est à la suite d’une vision qu’un ange lui enjoignit d’aller à Einsiedeln.  
A sa mort le 8 novembre 996, il fut enseveli  près de l’autel de saint Maurice d’Agaune et de nombreux miracles eurent lieu à son tombeau.
Saint Grégoire, prie Dieu pour nous !
*

Ton 5

Tropaire à saint Grégoire

Higoumène d'Einsiedeln(Natalice en 996 A.D.)


Bien qu'illustre rejeton de l'Ile d'Albion,*
Tu te fis moine d'abord en ville de Rome,*
Avant de t'établir enfin à Einsiedeln.*
Ta piété te fit devenir son higoumène.*
Et tes reliques sacrées firent des miracles*
Saint Grégoire, prie le Christ de sauver nos âmes!



Claude Lopez-Ginisty

samedi 19 novembre 2016

Saint Prex (Protase ou Protais

Vie de notre père parmi les saints
Prex (Protase ou Protais) 
(milieu du VIIème siècle)
évêque de Lausanne 
Fête le 6/ 19 novembre
Peu de choses sont connues de sa vie : il fut évêque de Lausanne vers le milieu du VIIème siècle, sous le règne de Clovis II roi des Francs. Prêtre puis évêque, il pratiquait également l’ascèse et la charité. 
Il agrandit la chapelle de Saint-Thyrse et la dédia à Saint Maure. Ayant le soutien du Duc de Bourgogne Félix et de son épouse Ermentrude, il érigea l’église de Baulmes et son monastère dédiés à la Mère de Dieu. Ayant obtenu l’autorisation d’exploiter les forêts du Mont Tendre dans le Jura pour reconstruire l’église de Lausanne, il y fut victime d’un accident mortel. Alors qu’il participait à des travaux de coupe de bois, il mourut tragiquement de la chute d’un arbre. 
Son corps fut déposé dans l’église de Basuges. Comme il fut impossible ensuite de déplacer les saints restes de l’évêque, on en conclut que c’était la volonté de Dieu qu’il y repose jusques au jour de la résurrection, et on l’y ensevelit. 
Ce saint a donné son nom au village de saint Prex appelé Saint-Protasius (du latin Sanctus Protasius), devenu par la suite Saint Prothais, Saint-Pré et enfin le Saint-Prex actuel car son corps fut enseveli dans le chœur de l’église de ce lieu alors appelé Basuges. 

Saint Prex, prie Dieu pour nous !











































mercredi 16 novembre 2016

Saint Pirmin



Eglise saint Léger de Murbach,
Partie du retable représentant saint Pirmin
*
Vie de notre père parmi les saints
Pirmin, higoumène,
Fondateur de Reichenau et Murbach 
et évêque régionnaire
( 753)
Fête le 3/16 novembre

Pirmin, d'origine française selon certains, quitta tôt ses parents pour se vouer à la prédication et aux fonctions du saint ministère. Il avait établi le centre de ses missions au château de Meltis (village de Medelsheim), situé dans le pays de Deux-Ponts, au diocèse de Spire. A deux lieues de là, sera érigée la célèbre abbaye de Hornbach, que saint Pirmin fonda vers l'an 740.

Pirmin partit de Meltis pour ses missions apostoliques. Vers 723, un seigneur allemand, du nom de Syntlaz, fit appel à lui pour évangéliser une partie des provinces du Rhin. 

Arrivé en Suisse, Pirmin annonça avec succès la Parole de Dieu, et la Bonne Nouvelle du Royaume à venir, et Syntlaz lui demanda de créer une monastère sur une de ses terres. 

Pirmin choisit une île sur Rhin près de Constance et y fonda l'abbaye de Reichenau, devenue si fameuse par ses richesses. Il en avait auparavant, dit la tradition, chassé tous les serpents qui l’infestaient. 

La réputation de Pirmin, qui lui valut l'estime de Charles Martel, excita la jalousie des ducs d'Allemagne, qui le forcèrent à quitter son monastère et à partir pour l’Alsace. Soutenu par l'autorité et la générosité de Charles Martel, Pirmin, exerça son zèle bienveillant dans les nombreuses fondations monastiques des provinces du Rhin, et passa donc le reste de sa vie à visiter divers monastères pour y rétablir la discipline.

Pirmin s'endormit dans la paix du Seigneur, le 3 novembre de l'an 758.


Saint Pirmin, prie Dieu pour nous ! 
*

Vieille gravure représentant le saint


Ton 4

Tropaire à saint Pirmin,
(Natalice en 753 A.D.)

Tu fondas la célèbre abbaye de Hornbach,*
Puis tu évangélisas les terres rhénanes.*
Tu poursuivis ta mission en terre suisse.*
Et sur l'île du Rhin tu fondas Reichenau.*
Tu fus un missionnaire zélé de la foi.*
Saint Pirmin, prie le Christ pour qu'Il sauve nos âmes!


Claude Lopez-Ginisty